renault alpine : on y est presque

Renault dévoile l’Alpine Vision, le dernier concept avant le modèle de production (enfin).

Ce mardi Renault a présenté en grandes pompes à Monaco la toute dernière version du concept Alpine Vision. Beaucoup disent qu’il révèle à 80% le modèle de production. Mais, nous avons appris à nous méfier des concepts alléchants aux allures de promesses électorales. Alors au-delà de ça, cette Alpine peut-elle à nouveau chasser sur les terres de Porsche ?

Alpine est un nom emblématique pour les amateurs d’automobile, et encore plus pour ceux d’automobile française. Fin 2012, la marque au losange a décidé de redonner la vie à cette légende. C’est de bonne guerre, après tout Citroën cartonne avec son enseigne DS, désormais devenue une véritable marque à part entière, alors pourquoi ne pas en faire autant avec Alpine,s’est-t-on dit chez Renault…

Alpine Vision 2016 (14)

Un projet légitime

A la base, le projet Alpine était mené conjointement entre Renault et Caterham,la firme anglaise qui produit des jouets redoutables pour adultes. Puis finalement l’alliance a rapidement capoté, et Renault a décidé de faire cavalier seul. Une attitude compréhensible et légitime quand on connaît l’admirable travail réalisé sur le moteur, le châssis, les liaisons au sol, parles équipes de Renault Sport sur la Mégane.

Que de la gueule ?

Au-delà d’un véritable look de berlinette assumé, de son hommage au passé, de son allure racée, de ses jantes diamantées, et de sa sortie d’échappement cannelée, cette Alpine a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Pour l’instant peu d’informations ont filtré, on sait seulement qu’elle abat le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes et ce, grâce à un moteur 4 cylindres. C’est mieux qu’une Porsche Cayman S de 325 ch (5,0 secondes avec une boîte manuelle pour établir le 0 à 100), mais moins bien qu’une Lotus Elise Cup 250 de 243 ch qui réalise le même exercice en 3,9 secondes. Cette nouvelle Alpine devrait donc avoisiner logiquement les 300 ch, si elle emprunte le même moteur que la Megane RS qui développe 265 ch sur la version Trophy. Avec un poids plus contenu et des compétences accrues,les performances ne devraient être que supérieures.

Des ombres au tableau

Bien que l’extérieur soit aguichant, on a quelques déceptions en découvrant son bord. Nous ne sommes pas déçus par la sellerie, ni par le design des compteurs ronds, par contre les puristes apprécieront guère la boîte de vitesse robotisée et l’absence d’un véritable frein à main.Bien que l’on note une certaine appétence pour les boîtes de vitesse automatique, sur ce type de voiture on s’attend à jouer du manche à son volant et à passer les rapports à la main, comme des hommes. Quoi de plus frustrant qu’un rapport mal choisi par une boîte de vitesse imprécise en sortie de virage dans le col du Turini, par exemple.

Une vraie petite française

Fabriquée à Dieppe, en France, la Renault Alpine sera commercialisée dans un réseau propre, à partir de 2017, en Europe puis progressivement dans le reste du monde.Quant à son prix, Carlos Ghosn a indiqué qu’il se situerait en dessous de 80 000 euros.

 

Laisser un commentaire

Top