RENAULT TWIZY -ESSAI-

Renault Twizy essai de ZE Véhicule Branché !

Après un salon de Genève sans grosse nouveautés, Renault lance son offensive électrique avec le Twizy en ligne de front. Mi scooter, mi voiturette, le Twizy est en réalité un quadricycle qui peut se conduire avec ou sans permis.

Renault_Twizy_Ibiza-33 (Medium)

Le Renault Twizy est clairement un objet roulant qui sort de l’ordinaire et nous nous sommes rendus compte au moment de notre essai. À l’allure d’un scarabée haut sur pattes il fait tourner les têtes sur son passage. Il suscite les interrogations, les sourires et est un excellent outil de communication. Simple coup marketing pour la marque au losange ou réelle prise de risque?

Renault_Twizy_Ibiza-2 (Medium)

Ce Twizy aura quand même nécessité plus de deux ans de développement avant de voir le jour et d’être produit en série. La branche Renault Sport y a d’ailleurs participé activement car elle est à l’origine de son châssis. Et oui, cela peut faire sourire quand on sait qu’un Twizy ne dépasse pas les 80km/h ou même 45 km/h dans sa version sans permis. Mais pour autant, Renault se devait de présenter un véhicule infaillible, car démuni de vraies protections latérales. Essayé sur les routes sinueuses de l’île d’Ibiza, le Twizy n’a jamais été mis en défaut malgré son absence d’ESP. Le châssis réglé aux petits oignons et les pneus spécifiques de 13 pouces développés par Michelin contribue à cette sensation de sécurité. On peut même s’autoriser quelques glisses et trouver un réel plaisir à son volant.

Renault_Twizy_Ibiza-45 (Medium)

Le volant est en revanche le point noir de l’esthétique intérieure, issu de la Renault Laguna, il trouve difficilement sa place au milieu de ce véhicule hors norme au design si particulier. À l’intérieur on se contente du strict minimum, car ouvert aux quatre vents, il faut éviter les tentations. Malgré tout un kit Parrot, disponible en option vous permettra de relayer la musique de votre smartphone et de passer vos appels en toute sécurité. Sur la planche de bord, s’affiche la vitesse, l’autonomie et un graphique qui indique la recharge ou la décharge des batteries. Ces dernières sont insérées dans le plancher du véhicule et ne sont pas accessibles par son propriétaire. C’est uniquement Renault qui est habilité à s’en occuper, ce qui permettra d’éviter tout problème d’électrocution.

Renault_Twizy_Ibiza-91 (Medium)

Les batteries ont d’ailleurs un coût car elles sont louées en plus du prix d’achat à partir de 50€ par mois. Le Twizy est accessible à partir de 6.990€ en version sans permis baptisé Twizy 45 alors que la version classique est disponible des 7 690€. Quelques options existent, comme les portes qui s’ouvrent en élitre façon Lamborghini ou des décorations pour affirmer son style. Différents niveaux finitions permettent de distinguer les modèles qui seront avec ou sans toit panoramique par exemple. Le scepticisme est de mise quant au succès de ce modèle si atypique et électrique, mais les 700 premières commandes suite à un week-end portes ouvertes tend à démontrer le contraire!

Renault_Twizy_Ibiza-3 (Medium)

One thought on “RENAULT TWIZY -ESSAI-

Laisser un commentaire

Top